Article / 20 November 2014 at 12:36 GMT

Pétrole : La nouvelle guerre de l’énergie

Head of Macro Analysis / Saxo Bank
France

Lorsque le baril de Brent avait atteint en juillet 2008 le niveau record de 145,40$, la crainte du « pic pétrolier » était sur toutes les bouches et de nombreux experts s’attendaient à un prix du baril qui puisse rapidement atteindre 200$. Six ans plus tard, ces prophéties ne se sont pas réalisées, le Brent évoluant même à des plus bas annuels, sous les 80$.


Cette forte chute depuis mi-juin, de l’ordre de plus de 25%, s’explique par la conjonction de trois facteurs principaux :


- Des prévisions de production de baril trop optimistes à cause d’anticipations de croissance économique mondiale erronées ;


- La volonté de l’Arabie Saoudite de ne plus servir de variable d’ajustement du marché pétrolier ;


- Une entente entre l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis pour faire baisser le prix du pétrole afin de sanctionner la Russie qui a besoin d’un baril à au moins 100$ pour que son économie soit à l’équilibre.


Le nouveau péril américain


A cause de l’émergence du pétrole de schiste outre-Atlantique dont la production a presque triplé en deux ans, il faut bien comprendre que le marché pétrolier est entré dans un nouveau paradigme. Nous sommes confrontés à une nouvelle guerre de l’énergie.


Il est dans l'intérêt de l'Arabie Saoudite et des autres pays de la péninsule arabique de maintenir un prix du baril faible  pour rester compétitif par rapport aux producteurs de pétrole non conventionnel. Dans un marché mature, l’accroissement des parts de marché ne peut se faire qu’au détriment des autres acteurs. On considère ainsi que l’exploitation du pétrole de schiste commence à ne plus être rentable sous les 80$. Bien que l’Arabie Saoudite ait besoin pour maintenir son rythme de croissance de long terme d’un baril autour de 100$, elle peut se permettre des pertes à court terme grâce à ses abondantes réserves de change de près de 738,6 milliards $. On mesure rapidement le niveau des enjeux pour les pays producteurs. 


A l’approche de la réunion cruciale de l’OPEP du 27 novembre, le marché ne semble pas croire à une action décisive. A raison certainement. Il est peu probable que le cartel revoit drastiquement à la baisse ses prévisions de production. Tout au plus peut-on anticiper une diminution symbolique de l’ordre de 5% à 10% afin d’apaiser les membres de l’OPEP, comme le Venezuela et l’Algérie, qui militent pour une remontée des cours du baril. Moins orthodoxe, le cartel pourrait également définir une zone de prix à partir de laquelle il considère que le cours du baril ne reflète plus les fondamentaux du marché, ce qui serait annonciateur d’ajustement de la production. C’est toutefois moins probable.


A court terme, la zone des 75$ pourrait contenir la chute du Brent. A moyen terme, pendant une grande partie de l’année 2015, nous anticipons un cours du baril entre 90$ et 100$, ce qui constituerait une borne de stabilisation. Le prix du pétrole est en phase d’ajustement. Il ne faut pas oublier que l’excès d’offre devrait se résorber sous l’effet du déclin de la production en Mer du Nord et en Russie. Un scénario catastrophe est donc exclu pour les pays producteurs.

Le grand perdant russe


Le grand perdant de la chute du baril est incontestablement le rouble russe. Depuis mi-juin, la devise s’est dépréciée de près de 25% face à l’euro, une baisse de la même amplitude que celle du pétrole. C’est une nouvelle preuve de la forte corrélation positive entre la monnaie russe et l’or noir (cf: graphique ci-dessous).

 

Au cours des dernières années, les interventions régulières de la banque centrale russe ont minimisé l’effet pétrole sur le taux de change. La décision de la banque centrale de laisser flotter plus librement le rouble laisse entrevoir, par conséquent, un potentiel de baisse notable dans les prochains mois.


Après la phase actuelle de stabilisation de la paire EURRUB, notre scénario de base pour les prochains mois est un nouveau test de la zone psychologique  des 60 qui, en cas de franchissement, ouvrirait la voie aux 62. Ce retour de la hausse pourrait survenir plus tôt qu’on ne le pense. La période de fin d’année est, en effet, historiquement très volatile pour le rouble russe.
2015 devrait également réserver des surprises pour la Russie. Confrontée à une récession inévitable et à un repli des tensions inflationnistes, la banque centrale ne pourra pas faire l’économie d’une baisse du taux directeur, ce qui devrait à long terme réduire les stratégies de carry trade sur le marché des changes. Ce serait, alors, un mouvement salutaire pour le rouble puisque les pressions vendeuses s’atténueraient. 


 

5y
Forex.Trader31 Forex.Trader31
Encore faux. Mais qu'est-ce que vous êtes mauvais !

Disclaimer

The Saxo Bank Group entities each provide execution-only service and access to Tradingfloor.com permitting a person to view and/or use content available on or via the website is not intended to and does not change or expand on this. Such access and use are at all times subject to (i) The Terms of Use; (ii) Full Disclaimer; (iii) The Risk Warning; (iv) the Rules of Engagement and (v) Notices applying to Tradingfloor.com and/or its content in addition (where relevant) to the terms governing the use of hyperlinks on the website of a member of the Saxo Bank Group by which access to Tradingfloor.com is gained. Such content is therefore provided as no more than information. In particular no advice is intended to be provided or to be relied on as provided nor endorsed by any Saxo Bank Group entity; nor is it to be construed as solicitation or an incentive provided to subscribe for or sell or purchase any financial instrument. All trading or investments you make must be pursuant to your own unprompted and informed self-directed decision. As such no Saxo Bank Group entity will have or be liable for any losses that you may sustain as a result of any investment decision made in reliance on information which is available on Tradingfloor.com or as a result of the use of the Tradingfloor.com. Orders given and trades effected are deemed intended to be given or effected for the account of the customer with the Saxo Bank Group entity operating in the jurisdiction in which the customer resides and/or with whom the customer opened and maintains his/her trading account. When trading through Tradingfloor.com your contracting Saxo Bank Group entity will be the counterparty to any trading entered into by you. Tradingfloor.com does not contain (and should not be construed as containing) financial, investment, tax or trading advice or advice of any sort offered, recommended or endorsed by Saxo Bank Group and should not be construed as a record of ourtrading prices, or as an offer, incentive or solicitation for the subscription, sale or purchase in any financial instrument. To the extent that any content is construed as investment research, you must note and accept that the content was not intended to and has not been prepared in accordance with legal requirements designed to promote the independence of investment research and as such, would be considered as a marketing communication under relevant laws. Please read our disclaimers:
- Notification on Non-Independent Invetment Research
- Full disclaimer

Check your inbox for a mail from us to fully activate your profile. No mail? Have us re-send your verification mail